0006 Les Billets de Raymond Mei

28 septembre 2013

2013 09 28 - Hommage a Fratucciu Ulivu

Hommage à Fratucciu Ulivu

En septembre 2011, dans cette même rubrique de l'Association Musanostra, je me faisais l'écho en louant  l'arrivée de Fratucciu Ulivu (Olive Tagliazucchi) en tant que prêtre de la paroisse Saint Jean-Baptiste à Bastia. Paroisse où il passa sa prime enfance dans le quartier du Marché et qu'il fréquentait déjà comme enfant de chœur.
A l'époque, j'étais loin de me douter que son passage à St Jean ne durerait que deux ans, puisque, hélas, le Père Olive vient de décéder brutalement le 24 septembre, succombant à un malaise cardiaque lors de la tenue d'un presbyterium à Corté, en présence de l'évêque de Corse, Monseigneur Olivier de Germay.
J'ai eu la chance et le bonheur de connaître Olive dans les années soixante pendant les colonies de vacances en juillet organisées par l'abbé Emmanuelli (disparu lui aussi il y a peu de temps en 2011) au Couvent d'Alesani. Le moniteur-chef qu'il était, savait se faire aimer de tous les enfants de la colo qui le considéraient comme un ami tant sa sagesse et sa bonne humeur prenaient le pas sur son rôle de responsable d'une équipe forte d'une cinquantaine de louveteaux. Olive était la bonté même. Il n'avait pas besoin de faire preuve d'autorité pour se faire respecter. Pourtant, quand il fallait mettre fin à des tours pendables dont nous abusions parfois, il n'hésitait pas à régler les problèmes à sa façon. Ainsi, j'ai souvenance d'un soir où nous n'avions pas trouvé autre chose comme jeu que de mettre du dentifrice sur les cheveux de collègues endormis. Trouvant la plaisanterie de fort mauvais gout, Olive nous obligea dès quatre heures du matin, à prendre nos sacs et la route montagneuse pour atteindre avec lui la chapelle de Saint-Alexis, distante de plusieurs kilomètres et située sur une crête au dessus du Col d'Arcarota qui sépare les vallées de l'Alesani et d'Orezza. Depuis ce jour, il est évident que les bouchons de tubes de dentifrice restaient sagement fermés la nuit. Olive en tant que grand marcheur émérite  faisait prévaloir sa capacité à avaler des dizaines de kilomètres sans la moindre fatigue. Il était de toutes les expéditions. Le San Pedrone pourtant situé a 1700 m d'altitude que nous avons "vaincu" en marchant toute une nuit pour admirer de son toit toute la partie orientale de la Corse. La plage de Prunete après un itinéraire montagnard: Saint-Alexis, a Scubiccia...
Toujours friand d'histoires drôles, Olive était considéré comme un frère, un ami, un confident...et non un moniteur-chef. Il excellait dans les rapports avec les enfants. Il avait l'art de la philosophie et de la communication. Nous prenions un immense plaisir à être guidés par un personnage déjà emprunt d'une grande humilité malgré son jeune âge. Il savait nous occuper avec ses jeux qu'il préparait minutieusement (les jeux de piste, la recherche d'objets divers liés à un nom, les ateliers...). La sieste en début d'après-midi était sacrée, suivie de parties de football mémorables dans le parc jouxtant le couvent. Puis les promenades dans les alentours, la baignade à la rivière au pont d'Ortale. Le soir enfin, les veillées autour d'un feu égayaient toute les pensionnaires qui entonnaient à tue-tête les chants du soir. Les trois semaines de vacances qui remplissaient nos cœurs d’allégresse n'étaient pas suffisantes pour assouvir notre soif de liberté. Alors, lorsque le car qui nous ramenait vers nos familles reprenait le chemin du retour, nous n'avions qu'une hâte : nous retrouver au plus tôt l'année suivante.
Olive a bourlingué à travers  le monde. Ajaccio d'abord en tant que prêtre (1967 -68). Mais il a aussi gouté à divers métiers dans l'univers de l'Entreprise privée avant de rejoindre les paras et l'aumônerie militaire du 2e REP à Calvi (1978 -2000). Il connaitra tous les points chauds de notre Terre (Centre-Afrique, Tchad, Arabie Saoudite, Nouvelle Calédonie, Koweit, Irak, Liban, Yougoslavie...), périple qui lui vaudra de nombreuses distinctions. A l'instar des militaires, il n'hésitait pas à sauter en parachute à maintes reprises.
Dans les années 2000, suite à un article paru sur son activité d'aumônier à l'étranger, je lui avais adressé un mot de félicitations. Que ne fut ma surprise quelques jours plus tard de recevoir en retour une carte (que j'ai jalousement conservée) avec son amical bonjour dans une écriture qui le caractérisait aussi bien sur la forme (très grosses lettres) que sur le fond malgré son emploi du temps démentiel : "Salute ô Raymond. Amicizia a tè et a to famiglia".
En 2010, en remerciement pour son action humanitaire, Olive sera élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur. Cette même année, l'Association Grossu Minutu lui décerna le prix de l'humour pour le récompenser en tant "qu'Homme de l'année".
Son retour dans sa région natale (natif de Novale d'Alesani) de 2002 à 2011 au couvent d'Alesani, en Castagniccia l'avait fortement réjoui. J'avais eu l'occasion de lui rendre visite, après de longues années de séparation. J'appréhendais qu'il m'ait oublié mais son amical et soudain "salute ô Raymond" m'assurait qu'il n'en était rien. Il avait une mémoire d'éléphant et me rappelait à ma grande stupéfaction tous les noms des colons de l'époque.
Doté d'un sens de l'humour incomparable, sa devise était:
" So cu l'ortu e zappu incu i frati, ancu s'elle un ci ne piu !"
Il se définissait lui-même d'atypique et parlait avec grande sagesse en énonçant souvent in lingua nustrale des devises qu'il inventait:
              " Parlu a l'accelli, Quante a parla a i zitelli Sempre allegru e scherzosu".
Aussi, ce jeudi 27 septembre, toute la Corse émue (2000 personnes ) a assisté à ces obsèques dans sa paroisse de
Saint Jean -Baptiste pour lui rendre un dernier hommage.
"Partir simplement sans un mot". C'est ainsi qu'il avait demandé que se déroulent ses obsèques. En toute simplicité, dans le recueillement et la prière. Une célébration simple et émouvante pour le remercier de 45 ans de sacerdoce.
Repose en paix Olive, toi le serviteur de Dieu, homme hors du commun.
 "U ci scurderemu mai di te caru amicu".

Raymond MEI
28 septembre 2013

Posté par erioghje à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 avril 2013

2013 04 22 - La guerre du Golf

Posté par rene_casamatta à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2013

28 - 0188 - Raymond Mei

Posté par rene_casamatta à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2013

27 - 0188 - Raymond Mei

Posté par rene_casamatta à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]